© 2017 Biennale Internationale Saint-Paul de Vence

Tania Mouraud

née en 1942 à Paris. Vit et travaille à Paris. 

Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médiums : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance, etc.
 Elle propose de rajouter dans nos appartements standard une chambre de méditation (1968).
Elle affiche dans l’espace public sur les panneaux 3 x 4 m son désaccord avec une société glorifiant l’avoir au dépend de l’humain (1977).
Elle réfléchit sur les rapports décoratifs de l’art et de la guerre, sur les limites de la perception avec l’aide de l’écriture en créant des mots de forme (1989). 

À partir de 1998, elle utilise la photo, la vidéo et le son dans une forte relation à la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant. 

Celle qui dit « crier toujours, jusqu’à la fin du monde » propose une œuvre apaisée pour la Biennale. Mots mêlés - SMAPT (2018) est une installation en plants de lavande en fleur déclinant le texte issu de l’opéra Einstein on the Beach ; (Philipp Glass et Robert Wilson). 

« Tout doit avoir une fin Sauf Mon Amour Pour Toi ». 

Mots Mêlés – SMAPT, 2018

Bacs en bois, terre, lavande 150 x 450 cm

Courtesy de l’artiste

Œuvre installée grâce au soutien des Parfumeries Fragonard